Nouvelle version de Google Images, quel impact pour votre trafic web ?

google images

27 Mar Nouvelle version de Google Images, quel impact pour votre trafic web ?

Depuis le 7 Février 2017, Google a mis en ligne une nouvelle version de Google images, déjà déployé aux Etats-Unis depuis près de 4 ans. Elle présente une ergonomie repensée, offrant un meilleur confort d’utilisation pour l’internaute mais fait chuter l’audience de nombreux sites web.

Pourquoi la mise à jour de Google Images s’est fait attendre en Europe ?

Cela fait près de 4 ans que la mise à jour de Google Images a été déployé aux Etats-Unis. Elle est arrivée il n’y a qu’un mois en Europe avec un déploiement simultané sur la France et l’Allemagne. Alors, qu’est ce qui explique ce décalage de date ? Probablement en raison des nombreuses plaintes de webmasters américains auquel Google a dû faire face. Le 7 Février dernier, pour justifier ce déploiement, Google a diffusé l’annonce suivante :

Google images

Source : https://support.google.com/webmasters/answer/6211453?hl=en

 

« Le design et le comportement des résultats de recherche de Google images ont été standardisés pour correspondre à la conception et au comportement dans les autres endroits. Par conséquent, il peut y avoir un ajustement dans le comptage des clics pour les données des résultats de recherche des images pour les recherches effectuées en Allemagne et en France. »

Quel changement engendre Google images ?

Avant la mise à jour de Google Images, la page web source était chargée en iframe en arrière-plan de l’image générant un trafic web précieux sur les sites web référencés.

Dorénavant, l’image est consultable sans avoir à accéder au site web qui l’héberge. Ainsi pour accéder au site web, l’internaute doit à présent cliquer une deuxième fois pour :

  • Accéder à l’image ;
  • Pour consulter la page web à droite de l’image ;
  • Accéder au nom de domaine associé à l’image.

Google estime qu’un internaute sur 4 aboutit à une de ces 3  actions.

Un internaute ravi, l’éditeur du site web déçu

Autant l’internaute peut se voir satisfait de ces changements puisqu’il cherche, pour sa part, à afficher ou à télécharger une image et pas forcément à visiter un site web, autant pour l’éditeur, il en va tout autrement.

Ce changement vient soustraire le « trafic référent » en provenance de images.google.fr (Section « Trafic référent » de la console Google Analytics) et réduire quasiment à 0 le trafic organique issue de cette même source de trafic. L’impact est d’autant plus important pour les sites web qui publient des images originales ou pour les agrégateurs de contenu de qualité.

Comment évaluer la perte de trafic web ?

Depuis le rapport « Analyse de la recherche » de Google Search Console, vous pourrez filtrer et analyser le trafic entrant en fonction du type de recherche effectué par l’internaute. En filtrant les données dur le type de recherche « Image » vous aurez ainsi la possibilité de quantifier la perte de trafic réelle en provenance de Google Images.

En revanche, Google Search Console ne vous permettra pas de suivre les conversions et le comportement de ces visiteurs (taux de rebond, durée de la visite, …) qui accèdent à votre site web via Google Images.

Un impact sur le trafic web à relativiser

Cette chute de trafic est cependant à relativiser puisque bien qu’elle soit quantifiable dans l’interface de Google Analytics, le trafic émanant de Google Images ne se traduisaient pas en réelles visites sur le site web, qualifiées de « visites fantômes » par Google, et générait une consommation des données inutile sur vos serveurs.

En bref, Google explique que le trafic web que vous pensiez recevoir de Google Images n’était pas un trafic réel mais correspondait en partie au nombre d’affichages de l’image renvoyant un lien vers votre site web.

Google poursuit le déploiement de la mise à jour Google Images

Après l’Allemagne et la France, d’autres pays sont sur le point de subir les conséquences relatives de cette mise à jour, amenant avec elle une nouvelle vague de plaintes de webmasters mécontents.

 

Ces articles peuvent vous intéresser



spacebottom
ContentBottom – Footer